Le Bon Mot, écrivain public
Le  Bon Mot, écrivain public

 

Rédacteur

Correcteur

Biographe

 

 

TARIF MINIMUM

À PARTIR DE 39 €

 

Voir Rubrique Tarifs

 

 

Mes services s'adressent en priorité aux professionnels

 

 

Cliquez sur les différentes rubriques de haut de page pour plus d'informations

 

 

Vous pouvez me joindre :

 

en utilisant mon formulaire de contact.

 

www.moteurama.com

SARL Philippe LEININGER

au capital de 11 360 €

43 rue Louis Guérin

69 100 VILLEURBANNE

rcs Lyon D 319 024 998

TVA FR 6231902499800076

 

Politique de confidentialité : des données personnelles peuvent être collectées pour l'exécution de notre mission. Conformément à la Loi, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification  et de suppression de vos données, que vous pouvez exercer en vous adressant à : SARL PHILIPPE LEININGER, 43 rue Louis Guerin, 69100 VILLEURBANNE, par courrier ou par mail. Celles-ci seront conservées pendant une durée de 10 ans à compter de la cessation de la relation professionnelle.

 

 

Histoire de l'écrivain public

 

  

Il est difficile de fixer la date à partir de laquelle les écrivains publics ont commencé leur activité. En fait la profession existe depuis l’époque où ceux qui avaient la compétence de l’écriture, sans faire partie des classes supérieures, ont proposé leurs services en tant qu'intermédiaires auprès du peuple illettré, en lui apportant leur compétence dans le domaine de l'écriture. Ils exerçaient donc, dés l’Antiquité égyptienne, et, peut-être même à l’époque sumérienne.

 

Au Moyen Âge, la population était peu lettrée. Seuls les moines-copistes qui se consacraient aux écritures sacrées et les religieux étaient capables de lire et rédiger des documents. Les écrivains publics intervenaient déjà à cette époque en tant qu’intermédiaires, rédacteurs, conciliateurs, conseillers.   

 

 

Au XIIIe siècle, il y avait 60 écrivains publics à Paris. À titre comparatif, il y en a aujourd’hui en France 400 environ. Ramené à la population de l’époque, ce nombre est important.

 

Pendant la période du Moyen Âge et de la Renaissance, le développement de la profession était affecté par les secousses des guerres et des événements politiques.

 

Elle connaîssait une période de croissance au cours du XVIIe siècle. La Révolution française la fragilisait

avec la disparition de nombreux cabinets.

 

Après un nouvel élan provoqué par la nouvelle organisation administrative instaurée par les instances napoléoniennes, la profession subissait le contrecoup de l’instauration de l’école obligatoire. La population était de plus en plus instruite et pouvait assumer seule la lecture et l’écriture des textes les plus simples.

 

Après une longue période de repli, elle reprenait vigueur, plus récemment confortée par des formations diplômantes, par la mise en place de nouvelles structures représentatives notamment, pour la promouvoir et l’organiser.

 

Aujourd’hui, l’écrivain public exerce sa profession indifféremment à son domicile, en déplacement chez le client, ou dans un local professionnel.

 

Il peut assumer des permanences auprès des collectivités locales ou des organismes sociaux et associatifs.

 

La profession se modernise avec l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication notamment internet.

 

Elle cherche à se développer en faisant connaître auprès du public l’utilité et la richesse des services qu’elle peut proposer.

 

Référence Wikipédia

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© 2013 SARL Philippe LEININGER-LE BON MOT